La voie et les gares

En gare de Bourg, l'architecture du plan de voies côté Poste 2, où s'embranche la voie de Bellegarde, permet un accès à 30 Km/h des sept voies à quai. Un relèvement à 60 Km/h conduirait à des travaux lourds de déplacement d'appareils, impliquant une restructuration des quais et une adaptation du poste. La situation actuelle sera donc conservée, les TGV étant reçus, comme maintenant, sur les voies principales 1 et 2 Mâcon.

Le PN n°5, au PK 2.455 où la voie ferrée coupe la N75 sera supprimé en raison du fort trafic tant sur la voie ferrée et tant sur la route. Il sera supprimé grâce avec un passage en dénivelé de la voie ferrée de façon à sauvegarder la vue depuis la route sur le secteur de protection de l'église de Brou. Au delà, sur la commune de St-Just, il a été reconnu possible de dévier légèrement vers le nord le tracé sur 1000 m environ au droit du lotissement de l'Alagnier, de façon à agrandir de 344 à 750 m le rayon d'une courbe située dans un créneau où un relèvement de 90 à 120 Km/h est envisagé.

La mise à double voie du tronçon Nurieux - Brion, seule zone où la topographie le permet, entraînera la suppression du PN 35, vec piste latérale de remplacement. Elle accordera un évitement de 2800 m, parcourable à 90 Km/h, où les circulations pourront se croiser sans arrêt (cet aménagement a été ajourné). La nouvelle gare de Nurieux-Volognat comportera une troisième voie à quai, réservée aux TER ; elle se situera à 400 m en aval de l'ancienne et équipée de parkings directement reliés à la D979.

A l'extrémité orientale du projet, la ligne, à la sortie du tunnel de Musinens, comportera sur le site de Bellegarde, une gare d'arrêt en courbe en déclivité de 22‰ avec deux voies encadrant un quai de 400 m, dont l'extrémité sud sera supportée par un ouvrage à cinq travées, avant de se souder à la double voie Lyon - Genève à l'entrée du viaduc sur la Valserine, grâce à une jonction à 60 Km/h. Le parti retenu pour assurer ses nouvelle fonctionnalités (1), défini en collaboration avec la ville, outre la suppression du PN 71, a débouché sur la construction d'un nouveau bâtiment à l'architecture moderne, en relation directe avec le troisième quai existant, décalé et allongé , relié aux deux autres par un second passage souterrain. De part et d'autre, une gare routière, une station de taxis et des parkings longue et courte durées sont envisagés partiellement sur l'emprise de l'ancienne annexe traction, dont la rotonde PLM a été préalablement démolie. Des accès routiers appropriés depuis la ville haute et basse ont été prévus, ainsi qu'une intégration architecturale et paysagère de l'ensemble . Le bâtiment d'origine PLM, dont la partie commerciale a brûlé en 2002 deviendra dès lors sans emploi commercial, la ville se chargeant de le réutiliser pour ses besoins, en principe à usage de médiathèque. Vu l'ampleur des aménagements, évalués à une vingtaine de millions d'euros, qui entraînent la mise en impasse des voies du faisceau impair , 50% du coût a été imputé au compte de la modernisation de la ligne des Carpates, le reste intéressant le pôle d'échanges figurant au XIIe plan Etat - Région, avec financement partagé entre l'Etat , la région Rhône-Alpes, le Conseil Général de l'Ain, la ville de Bellegarde sur Valserine, la SNCF et RFF.

A la faveur du renouvellement des voies, des ripages légers permettront d'admettre une vitesse de fond comprise entre 80 et 100 Km/h, sauf la section à la sortie de Bourg longue de 7 Km et dans une partie du tunnel de Mornay jusqu'à Brion, où la vitesse sera de 120 Km/h.

Pôle de Bellegarde

Pole BGD-1 Pole BGD-2

Entrée Nord de la gare de Bellegarde ; Vue aérienne côté Sud. SNCF DAAB - AREP / Jaime Castellanos

Pole BGD-3

L'intérieur de la coupole. SNCF DAAB - AREP / Jaime Castellanos

Retour au projet

Retour à l'accueil